Le confinement, jour 22 à 35

20200403_101348_HDR-1

♥Jours 1 à 14 ici, et aussi jours 15 à 21◊

Jour 22 (vendredi le 3 avril)

L’aventure de la journée : Yvan est allé faire l’épicerie après 11 jours !  On n’a jamais eu de toute notre vie un montant d’épicerie si haut! Il parait qu’ils laissaient entrer les clients 2 ou 3 à la fois, et dans l’épicerie, il fallait suivre des flèches. Un monsieur qui n’avait qu’une chose à acheter a dû faire tout le circuit avant de parvenir à la caisse. Ça va peut-être le dissuader de venir pour juste 2-3 items. Car c’est ce qu’il nous est demandé : ne sortez que quand c’est nécessaire !

Yvan était en congé, et le sera tous les vendredis. Aucun rapport avec le confinement, c’était déjà prévu à son horaire, ainsi qu’une semaine de vacances à la fin avril. Ça va faire des vacances bizarres ! Il a trouvé d’anciennes photos de nos fils et il leur envoyait sur messenger. C’était drôle !

Moi j’ai travaillé sur mon petit haut ajouré : des calculs, des calculs et encore des calculs.

« L’Eternel est mon berger. Je ne manquerai de rien. »

Jour 23 (samedi le 4 avril)

Ma mère a eu une panne d’électricité hier soir, toute la soirée. Ichh ! Confinement + panne d’électricité, ça ne devait pas être la soirée la plus amusante de sa vie ! C’était une panne généralisée dans le coin de St-Augustin et une partie de Ste-Foy.

Jour 24 (dimanche le 5 avril)

On a fait une balade à pied de 5 km aujourd’hui. Yvan en avait déjà fait 5 autres avant ça. Dire que j’ai une ampoule derrière le talon juste pour 5 km !

J’approche le quart de ma couverture, et…je ne crois pas que la fin du confinement soit pour bientôt (voir jour 5). Pour quand je serai à la moitié d’abord ? Faut dire que j’en ai fait un peu plus quand je l’ai débutée (la couverture).

« Grâce à lui, je me repose dans des prairies verdoyantes,
et c’est lui qui me conduit au bord des eaux calmes. » ♣

Jour 25 (lundi le 6)

Vous savez, j’ai l’air probablement très positive dans ce journal, mais parfois, je me décourage un peu de la situation, comme pas mal n’importe qui. Bien sûr, je comprends que le négativisme, l’accent sur les mauvaises nouvelles et l’inquiétude sont très contagieux aussi.

Un simple petit échange sur messenger avec mes fils m’a fait le plus grand bien. Je considère que je suis privilégiée dans cette situation : 1-Je tolère très bien la solitude, donc je suis plus résistante à l’ennui que bien d’autres. 2-Tout le monde va bien dans mon entourage. 3-Je suis très manuelle ce qui fait que je ne tourne pas en rond du tout. 4-J’ai la présence d’esprit de me trouver de petits nouveaux défis qui font du bien au moral. 5-Je ne suis pas seule puisque mon mari est à la maison. Mais, des fois, j’avoue être mal à l’aise avec, justement, la sensation d’être privilégiée, quand je pense à d’autres personnes moins bénies que moi. Comme si le fait d’être heureuse, me rendait, parfois, un peu triste. C’est fou hein? Il y a des petites journées comme ça…

« Il me revigore, et, pour l’honneur de son nom, il me conduit sur le droit chemin. » ♣

Jour 26 (mardi le 7)

Ce matin, je me suis levée avec un sentiment de bien-être. Oui, hier c’était une journée maussade.

Bon. Yvan a appris qu’il arrêtait de travailler dans 5 jours. C’était un peu à prévoir. Il voulait le dire tout de suite aux gars, et moi je voulais qu’il attende, à la fin de la journée.

« Si je devais traverser la vallée où règnent d’épaisses ténèbres,
je ne craindrais aucun mal, car tu es auprès de moi
. » ♣

Jour 27 (mercredi le 8)

C’est un peu difficile pour Yvan de se motiver à travailler sachant qu’il n’en a que pour quelques jours.

Il est possible que ce soit vraiment plus long. Ouf, c’est difficile à envisager encore plusieurs mois de confinement!

J’ai reçu le jackpot de magnifiques laines de Je tricote-tu tricotes de Jo ann Calletta (elle vend sur etsy). Mon doux que c’est de la belle laine, et mon doux (oui, encore) qu’elle a été généreuse avec moi : J’ai de quoi pour de nouveaux patrons (pour Hibernum 2) en plus de pouvoir refaire 3 de mes patrons avec sa magnifique laine!

Hugo a mis une chanson, sur facebook, d’un groupe qu’on écoutait il y a quelques années : Delirious. La toune: « Every little thing ». C’est littéralement le thème #çavabienaller, mais en anglais.

Jour 28 (jeudi le 9)

Aujourd’hui, je fais des œufs de Pâques, la recette que j’avais fait à 14 ans pour la 1ère fois. Cette recette a toute une histoire! J’en avais emmené pour chacun des membres de mon équipe de plongeon de l’époque. Tout le monde avait capoté là-dessus (sauf un : allo Raynald!). Et j’en ai refait avec mon amie Nadine ou avec ma sœur à quelques reprises. Demain, je vais faire du pain « Shallah ».

« Ta houlette me conduit et ton bâton me protège. » ♣

Jour 29 (vendredi, le 10)

Nous sommes allés visiter Olivier, Camille et les enfants…au travers leur vitres de maison. Je voulais leur donner des cocos de Pâques et du pain « Challah ». Si les photos semblent un peu tristes, ce n’est pas du tout comme ça qu’on l’a vécu. Yvan s’amusait à faire rigoler Anaïs et ça fonctionnait! Oli a même eu l’idée qu’on se parle au téléphone main libre vu qu’on ne s’entendait pas bien. C’est peut-être ça la différence : on a pu se parler en même temps qu’on se voyait.

Jour 30 (samedi le 11)

Cet après-midi, c’est Hugo que nous sommes allés voir, pour lui laisser coco et pain, et pour se parler une quinzaine de minutes à bonne distance dehors. Moi ça m’a fait beaucoup de bien de voir mes enfant et petits-enfants, même brièvement, et sans « hug ». On s’adapte!

Jour 31 (dimanche le 12, Pâques)

J’ai appelé ma mère (je l’appelle à l’occasion) car elle n’a qu’un ordinateur, pas de caméra. Mais vu que je lui fais quelques commissions, je la vois un petit peu à ces moments, mais pas souvent, et pas longtemps! Je sais que pour elle, c’est dur de ne voir pratiquement personne. Mais elle ne le fait pas trop voir et a l’air de bien aller quand même.

Pour couronner notre moment famille, nous nous sommes faits un « live » sur messenger avec Oli, Camille, leurs enfants et Hugo. C’est bien parfait! Je vais pouvoir avoir une bonne semaine.

Aujourd’hui, j’ai eu un gros échange avec mon amie d’enfance Nadine Gagnon. Je lui ai montré une photo de mes œufs de Pâques, mais aussi une photo de mitaines que j’ai commencé en fin de semaine passée. Ces mitaines sont une reproduction d’une paire qu’elle s’est faite adolescente. Cet été, en signe d’amitié, elle m’en a donné une. Quand je les ai vues, j’ai pensé que ce serait bien de les refaire à la méthode de mitaines tricotées en aller-retour d’Elizabeth Zimermann.

C’est qu’elles ont de petits carrés de couleurs différentes, et que ça ne se fait pas en rond (comme les mitaines habituelles). Je vais lui donner, et moi, j’en essaierai d’autres dans d’autres couleurs. Elle m’a même envoyé une photo des 2 chandails qu’elle s’était faite dans le temps. Et moi je lui ai envoyé une photo de mon fils (il y a 29-30 ans) qui porte un chandail que j’avais improvisé en m’inspirant de son chandail à petits carrés. On s’est rappelée comment on tripait sur les arcs-en-ciel. Dire que le mouvement #çavabienaller est symbolisé par un arc-en-ciel!

« Pour moi, tu dresses une table, tu oins d’huile parfumée ma tête, tu fais déborder ma coupe. » ♣

Jour 32 (lundi le 13 avril, un mois après le début du confinement)

Dès 7 hrs 30 am, je suis sortie pour marcher 2 « tours de pâté ». Ouf! Dès 8 hrs, il s’est mis à pleuvoir pour toute la journée! Alors petite journée très tranquille (ne le sont-elles pas toutes?).

Yvan essaie de faire du levain : on veut essayer ça du pain au levain.

20200416_133141

Jour 33 (mardi le 14)

Dernière journée de travail pour Yvan. J’ai décidé de commencer à faire de l’exercice à la maison (Leslie Sansone, walk at home sur You-tube : pas cher, pas trop long, bref juste assez pour suer).

Jour 34 (mercredi le 15)

J’ai calculé que ce n’est que la 3ème fois que je vais sur la rive-nord de Québec depuis un mois. Yvan, lui, y est allé seulement une fois. C’était jour de commissions pour ma mère. J’ai trouvé ça pas mal moins lourd car Yvan (maintenant en congé) a fait notre épicerie et une partie de celle pour ma mère. Il ne me restait qu’à aller sur la rive-nord, arrêter à son épicerie pour ce qui manquait, puis chez elle. Petit bla-bla dans son entrée, à 2 mètres de distance : c’est pas mal le maximum de social que l’on peut espérer!

Oups! Petit bordée de neige intermittente toute la journée aujourd’hui.

20200416_085746

Jour 35 (jeudi, le 16)

Une amie, Andrée Boucher Bastien, est particulièrement inspirante, par sa joie de vivre, son amour de l’activité physique et du plein air, sans performance, et ses magnifiques photos de ce qu’elle voit quand elle sort se promener, s’entraîner. J’en parlais avec Yvan en prenant une balade matinale et qu’il faisait un temps splendide (mais un brin frisquet). C’est sur son compte instagram que j’ai trouvé ces images.

« Oui, toute ma vie, ta bonté et ton amour me poursuivront » ♣

♣Psaume 23

100_2035
Ceci est à l’entrée chez moi depuis…une quinzaine d’années?

Suite, jours 36 à 43

 

3 réflexions au sujet de « Le confinement, jour 22 à 35 »

Répondre à Nancy Créations Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s