Petit repos presque forcé

Je ne tricote plus depuis 3 jours (au moment où j’écris ces lignes). Alors que je terminais ce que j’avais à faire pour la sortie de ma collection Mitan, des douleurs se faisaient de plus en plus sentir, à l’ordinateur en particulier, la nuit, et en tricotant. En fait, pas mal en tout temps, mais pas non plus de façon insupportable.

Voyez-vous, je ne rajeunis pas, et je commence à devoir mettre une limite à mon temps de tricot. Hilala! Ce n’est pas de gaieté de coeur, mais si je veux continuer, je vais devoir faire un peu plus attention à moi, à ma posture, et à l’équilibre dans ma vie.

Avec mes collants tricotés en mars

Ce qu’il y a, c’est que j’ai une douleur récalcitrante à l’omoplate, depuis 10 ans, qui avait l’habitude de se tasser après un rendez-vous chez le chiro, ou même toute seule parfois. Mais cette fois-ci, après 3 rendez-vous avec le chiro, il n’y avait pas vraiment de changements, et s’était ajoutées des douleurs au cou (du même côté) et au bras. En plus, j’ai plus ou moins un médecin de famille présentement (histoire trop longue et inintéressante pour vous ici). Alors ce matin, j’ai vu une physiothérapeute. Je ne suis pas tirée d’affaire mais j’ai des pistes, et bon espoir que ça s’améliore, avec la physio et quelques exercices.

De toutes manières, j’avais pris la décision d’arrêter le tricot pour 10 jours. Ouf! Comment j’allais réussir ça? Vous devez savoir que je tricote TOUS les jours depuis une trentaine d’années. À l’exception (j’imagine) d’une dizaine de jours (en tout) sans tricot dans ces 30 années, pour raisons majeures. Et je cherche encore quand ça a bien pu arriver!

Finalement, j’y arrive: lecture, internet, télévision (sans tricot, ce qui est bizarre pour moi), promenades, et juste ne rien faire parfois (ce qui est le plus difficile). Si je peux me remettre à écrire (je m’essaie là), ce sera déjà mieux, car c’est LA chose que j’aime le plus faire après le tricot.

Je constate que c’est une bonne chose que j’arrête, et que je le refasse à l’occasion. Mais il me manque « ce qui me fait lever le matin ». J’avais vu ça quelque part, que si on se trouvait une occupation qui nous donnait le goût de nous lever le matin, on avait quelque chose qui nous aidait à être heureux.

J’ai donc des projets en plan (que voici).

Mais voici ceux que j’ai eu le temps de terminer, surtout en mars.

Ça me fait réaliser que…la vie se passe entre 2 rangs, même si ils sont pas mal plus éloignés (les rangs) les uns des autres. Je suis donc présentement en train de vivre ma vie plus intensément (mettons), de redécouvrir ce que j’aime autre que le tricot (ou le crochet), d’apprécier que, en-dehors de ce petit ennui, je sois en santé, et encore capable de faire pas mal ce que je veux (pas de « tendinite » ni de « capsulite »: tout bouge bien).

Voilà pour l’instant.

Ça me fera des choses à vous raconter.

9 réflexions au sujet de « Petit repos presque forcé »

  1. J’ai eu le même problème que toi, 15 jours sans tricoter, 4 rendez-vous en physio et beaucoup d’exercices. J’ai recommencé tranquillement à tricoter et je fais des pauses régulièrement, donc pas d’excès de tricot. C’est mieux de faire attention et de ne pas se blesser plus sérieusement. Effectivement, nous découvrions autre chose sans le tricot.
    Prompt rétablissement.😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s