Bah!

Photo qui vous semblera sans doute ordinaire mais c’est pour aller avec le ton de l’article

Sur 600 articles (et oui, j’ai atteind 600 articles!), c’est probablement celui dont le titre est le plus court. Hihi!

Mise en garde: Cet article pourrait offenser les perfectionnistes maladifs, puisqu’il prône un léger « je m’en foutisme ». Si vous êtes extrêmement perfectionniste, fier(e) de l’être et ayant l’impression que tous autour de vous ne sont que d’infâmes brouillons, cet article n’est pas pour vous. Par contre,

Si vous êtes perfectionniste et que parfois, cet état vous rend un peu malheureux, ou vous bloque dans votre apprentissage (ou votre créativité) cet article est pour vous.

Si vous n’êtes pas perfectionniste, et souffrez parfois, de pressions extérieures (ou même venant de vous) pour faire mieux, surtout si ça arrive souvent, cet article est pour vous.

Si vous n’êtes pas perfectionniste, et que vous ne comprenez pas ce qui se passe dans la tête des perfectionnistes, cet article est un peu moins pour vous, mais il va peut-être vous faire rigoler.

Voilà pour les mises en garde, et moi, je dois vous avouer que ça fait longtemps qu’il me trotte dans la tête cet article! Tout d’abord, je ne suis pas perfectionniste du tout. Je vais me dire « brouillonne » par opposition au perfectionnisme. J’aime infiniment moins l’étape de finition dans pas mal n’importe quel projet/travail. Ce que j’aime, c’est imaginer, créer…et tricoter. Si jamais vous étiez tenté de me trouver perfectionniste, dites-vous que, c’est normal, quand on prend de l’expérience dans un domaine, beaucoup d’expérience, qu’une certaine finition, une apparence de perfection peut sembler se dégager de la chose que l’on fait et que l’on maîtrise bien. Et l’autre détail qui pourrait vous faire penser que je suis perfectionniste, c’est tous les articles techniques de tricot et techniques de crochet que je publie ici. J’enseigne le tricot, alors forcément, j’en connais un bout sur les techniques. Mais…

J’ai tout essayé et j’ai tout raté aussi. Je dis parfois à mes élèves que « je suis la meilleure professeure de tricot que vous puissiez avoir car j’ai fait toutes les gaffes possibles et imaginables. » Ça les fait rire un peu, mais je peux leur dire ce qui est crucial, et ce qui n’est qu’histoire de goût. C’est du tricot: pas un événement qui peut avoir des retombées catastrophiques sur votre vie, ou même déclancher l’apocalypse (celle-là est de Patricia Werner).

Alors bah!

Bon. Alors j’insiste: je ne suis pas perfectionniste. D’accord? Et je prône de faire taire la petite voix ultra-perfectionniste que certain(e)s de mes élèves ont dans la tête, surtout si ils(elles) sont débutant(e)s. Pourquoi? Parce que, perfectionniste ou pas (là je vous parle à vous), quand vous êtes en apprentissage, CE N’EST PAS LE TEMPS DE VOULOIR LA PERFECTION. Je dirais même que ça nuit à votre apprentissage dans 80% du temps. Tout recommencer un tricot pour un petit détail imparfait, et le faire trop souvent, ça va juste vous décourager. Vous finirez par dire que vous n’avez aucun talent (les autres ne passent pas leur temps à tout recommencer eux?), et que ça n’a rien d’agréable (en effet, défaire souvent, ce n’est pas super agréable). Essayez de ne pas constamment défaire car ça va arriver à un moment donné que vous n’aurez pas le choix (il y a des erreurs qui ne se rattrapent pas), donc gardez ça pour ces fois-là. Apprenez à un peu supporter vos erreurs du début. Apprenez à être fier(e) de vos débuts modestes. Le tricot n’est pas une compétition, vous n’avez rien à prouver, c’est pour le plaisir.

Alors Bah!

Une de mes amies: Johanne, est une excellente tricoteuse. Très manuelle, elle fait bien d’autres techniques artisanales. Elle peut faire ce qu’elle veut en tricot, mais justement, elle n’a pas envie de tout faire. Elle tricote pour le plaisir. C’est elle qui m’a lancé le fameux « Bah! » qui m’a inspiré cet article. Elle ne faisait pas une certaine chose (je ne sais même plus quoi) selon LA méthode préconisée. Elle le savait, et à ma question pourquoi elle ne le faisait pas selon LA méthode, elle m’a lancé son désormais célèbre: « Bah! » Je l’ai bien ri! Elle a bien raison! Si ça ne lui convient pas, elle n’a pas à le faire!

Et puis bah!

Je vois des personnes sur les groupes de tricot qui s’empêchent, par exemple, de faire du jacquard parce qu’elle ne maîtrisaient pas la méthode contienentale. Je me suis même demandée si je n’étais pas moi-même un peu responsable de ça. J’aime cette méthode et je la « pousse », mais honnêtement, je n’ai pas commencé avec ça! J’ai fait DES pulls en jacquard sans ça. Je ne savais même pas que ça existait à ce moment-là! Et si je la maîtrise maintenant, c’est que je me suis donnée du temps pour ça. Encore là, si on n’accepte pas de ne pas « l’avoir » tout de suite, c’est une forme de perfectionnisme. En tricot, il y a toujours plusieurs façons de faire les choses: faites celle qui vous convient, et si vous voulez apprendre du nouveau, donnez-vous le temps. Et pour le reste, bah!

Maintenant que je vous ai parlé de l’aspect négatif, j’admet qu’il peut y avoir certains avantages à avoir ce trait de personnalité. Mais je devais vous convaincre que ce n’était pas si extraordinaire que certaines personnes semblent penser. En fait, le perfectionnisme, ce n’est ni mal ni bien, c’est un attribut de votre personnalité, mais comme n’importe quoi, il ne faut pas que ça vous submerge et vous empêche d’évoluer. C’est ça le point. Plus tard, si vous avez calmé votre perfectionnisme, il reviendra, au moment opportun, pour vous aider à améliorer votre art. C’est comme le brouillonnisme (je sais que ce mot n’existe pas), ce n’est ni bien ni mal, mais il a eut plus mauvaise presse, par le passé, que son contraire. On a tout autant besoin de maîtriser les excès de ce trait de personnalité.

Pour ma part, j’ai besoin, de temps en temps, de m’adonner à une créativité brouillonne (ou laisser-aller créatif comme je l’appelle), pour trouver de nouveaux trucs, pour m’évader, pour m’amuser. Et, je l’avoue, j’ai dû apprendre à mieux « finir » mes tricots dans mon parcours car ce n’était pas ma force. Ça ne l’est d’ailleurs pas encore vraiment, mais…Bah! Ça parait moins!

J’espère ne pas vous avoir trop déçu. Je ne suis pas parfaite, et n’ai pas prévu le devenir dans un avenir rapproché. Haha! L’idée est de vous enlever de la pression, au moins dans le tricot. Vos petites erreurs, c’est ce qui rend votre tricot unique. Voilà!

Sur ce, passez un agréable moment de tricot!

2 réflexions au sujet de « Bah! »

  1. Me voilà rassurée, je ne suis pas la seule à demonter parce que  » c’est pas assez bien et que les autres font mieux « , j’ai remédié a ça, en mettant de coté et en ressortant quelques années plus tard, et là miraculeusement les défauts disparaissent !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s